Au secours! ils reviennent, avec leurs yeux rouges, leurs mains aux ongles noirs et longs pathétiquement tendues, leur chair pourrissante qui s'en va par plaques, arrachant leurs pieds du sol à chaque pas. De leur poitrine creuse sort comme un grognement et on croit entendre :"Moâ, moâ". Celui qui les mène  a caché ses yeux sous des Ray-bans, ses doigts malhabiles tentent de retenir un portable, ses talonnettes ont creusé dans le sol deux sillons parallèles. Il est suivi d'une maritorne dont le crâne galeux conserve encore quelques mèches blondes, elle le regarde avec amour. Au secours, la Gauche va rester au pouvoir !

Ainsi Peillon qui, il y a deux jours, était droit dans ses bottes, a jugé que les discussions n'étaient pas "mûres" avec les profs de prépa. Ce qui s'appelle capituler en rase campagne. Il faut dire qu'il avait déjà fui devant l'ennemi en faisant part de ses ambitions européennes. Tout cela est bien dérisoire : aller pantoufler au Parlement de Strasbourg quand on s'était targué de faire enfin la grande réforme plus que nécessaire de l'Educ.nat. D'emblée on avait compris avec sa modification très partielle des rythmes scolaires qui ne toucherait pas aux sacro-saintes vacances qu'il se déballonnerait comme les autres. L'intelligence sans le caractère est impuissante. A moins qu'il n'ait subi les pressions d'un Pépère qui vendrait sa mère pour se faire réélire. Quelle qu'en soit la raison, c'est la République, qu'ils sont toujours prêts à invoquer, qui y perd.

Pépère l'Africain en a marre, marre de payer pour toutes les expéditions qu'il organise dans notre arrière-cour. Il demande à l'Europe de l'aider à les financer. Il peut toujours courir, pourquoi des pays qui n'ont jamais colonisé qui que ce soit ou se sont débarrassés élégamment de leurs possessions le feraient-ils ? A la rigueur ils pourraient être sensibles à la lutte contre le terrorisme, mais cela ne concerne pas la Centrafrique. S'il veut jouer les fiers-à-bras et le Grand Frère qui protège ses petits potentats, qu'il en prenne les moyens et n'étrangle pas l'armée dont le budget est devenu une variable d'ajustement. Sinon la prochaine fois qu'il ira voir nos "p'tits gars" et saluer des cercueils il risque d'être mal accueilli comme un certain 14 juillet.

Lire les commentaires sur les sites d'information est parfois une épreuve : orthographe quasi phonétique, syntaxe à l'avenant. Il m'est arrivé d'en faire la remarque. Je ne le fais plus, c'est un coup à se faire traiter de raciste et d'anti-jeune. Je n'en pense pas moins et maintiens que là où le langage n'est pas correct la pensée est absente. Autre tare, répondre à côté de la question pour satisfaire sa haine obsessionnelle d'une personne. Il y a quelques jours Cohn-Bendit appelait au boycott des jeux de Sotchi pour dénoncer la dictature de Poutine. Je suis entièrement d'accord avec lui mais conçois que des "sportifs" ou des communistes ne le soient pas et l'expliquent. Seulement dès qu'apparait le nom de ce pauvre Dany, on ne raisonne pas, on éructe et on ne parle plus que de sa prétendue pédophilie. On pourrait la justifier parce qu'elle s'est exercée sans violence et qu'après tout cet usage comme tous les autres varie selon les lieux et les époques. Mais, peu importe, ce qui me dégoûte c'est cette obsession de pères de famille qui se croient propriétaires de leurs enfants, ce discours moralisateur de chaisière qui nie que l'enfant soit attiré par le sexe, ce désir qu'on combat en soi et qui vous fait jeter l'opprobre sur ceux qui le satisfont. Pouah ! Ce sont ces parendélèves qui m'écoeurent et non leur cible.

Le Grand Dirigeant Kim Jong-un vient de faire fusiller son oncle " pour des forfaits qui dépassent l'imagination". Aussitôt après son arrestation il y a quelques jours, il a fait disparaître cette vipère lubrique des photos et films d'actualité dans la grande tradition stalinienne. Ce traître abject n'est d'ailleurs qu'une victime parmi d'autres d'une purge en cours. D'autre part dans les camps de prisonniers de cet heureux pays on exécute à coups de marteau (on suppose qu'il en faut plus d'un) sur la nuque. On ne va pas ruiner l'économie socialiste en achetant des balles. Dans un Monde instable, il est bon d'avoir des certitudes comme la nature pérenne du socialisme réel.