C'est la tenue de ce sympathique groupe ukrainien qui me choque plus que le manque de tenue dénoncé par certains. Car enfin, quel sens y a-t-il à s'arrêter à mi-chemin : si la nudité et le sexe ont encore une force subversive il faut aller jusqu'au bout. On a l'impression d'une hésitation, d'un manque de foi en leurs causes. Imaginez des manifestants qui n'iraient pas jusqu'à Bastille comme s'ils étaient soudain convaincus par le gouvernement qu'il faut diminuer leur retraite, ou un terroriste pakistanais qui au milieu de Chiites rassemblés pour l'Achour ne mettrait à sa ceinture d'explosifs que deux ou trois cartouches de dynamite en se demandant si en fait Allah n'a pas choisi Ali. Quand on embrasse une cause il faut la défendre jusqu'au bout, fesses et sexe compris, je dirais même surtout fesses et sexe, le rapport du sein à la maternité le range du côté de la Famille et de l'Ordre, rien à voir avec la charge érotique qui justement veut les faire sauter. De plus elles apparaissent aussi grotesques que ces femmes qu'on voit seins nus mais avec un bas sur les plages. Si une nudité intégrale peut faire naître le désir et même quelque maillot sexy ,brésilien ou autre, qui souligne les formes et attire l'oeil là où il faut, mais là, des boxers qui pendouillent lamentablement ,achetés chez Tati ! Si encore il s'agissait de petite culottes affriolantes ! Imagine-t-on une manif d'hommes en slips kangourou avec leurs attributs qui dépassent comme dans les dessins de Reiser ? Nudité intégrale donc ou rien. Vous me direz :"Mais si le bronzage n'est pas intégral et qu'on voit cette bande blanchâtre qui coupe le corps en deux ?". Je vous répondrai que cela ne manquera pas d'exciter les pervers, plus nombreux qu'on croit, car cette absence souligne la présence du sexe et attire le regard sur la blancheur des fesses sur laquelle les slogans ressortiront mieux. D'ailleurs en gagnant de la surface on pourra en écrire plus, jouer avec la symétrie sur les fesses ("Ben" à gauche, "it" à droite, on se penche en avant et, hop, "Benoit"). Du reste le cul a toujours été subversif qu'on montre à ses ennemis en signe de mépris, y ajoutant éventuellement comme les Italiens un bruit de pet. La cause est entendue, déculottez-vous mesdames !