01 mai 2018

Camus, celui qui renaude

Je suis frappé par la fortune que connaît l'expression "le grand remplacement" dans les médias, et en particulier sur Internet. L'écrivain Renaud Camus la lança il y a une dizaine d'années pour résumer sa théorie selon laquelle un complot international vise à submerger l'Europe et à soumettre sa population à une immigration africaine massive qui imposerait sa loi et ses coutumes. Cette expression est maintenant quasiment passée dans le langage courant, du moins chez les gens un peu éduqués politiquement, alors qu'elle avait tout... [Lire la suite]
Posté par Cotonet à 11:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 octobre 2017

Renaud Camus : mort d'un écrivain

  "Le génocide des juifs était sans doute plus criminel mais paraît tout de même un peu petit bras auprès du remplacisme global".  Comment en est-il arrivé là ? J'ai découvert Renaud Camus en 1985 avec son Journal d'un voyage en France que j'ai lu avec un grand bonheur. L'écrivain, que son éditeur avait pourvu d'une voiture et de quelque argent, part sur les routes de France en suivant un itinéraire dont j'ai oublié la logique, si ce n'est la recherche de la beauté dans les paysages du "coeur frais de la France", les... [Lire la suite]
07 février 2016

Cotonet a le blues

Je ne parlerai : NI des nénuphars qui ont perdu leur noble ph pour un banal f ( faudra-t-il aussi écrire ninféas ? ), ni les accents circonflexes envolés tels des hirondelles en automne pour des cieux plus cléments, et tant pis si on ne distingue plus les 3èmes personnes du présent du passé simple de celles du subjonctif imparfait, de toute façon plus personne ne les emploie. NI de la déchéance de nationalité et de ce qui l'accompagne. Plus d'un mois qu'on nous bassine avec ce débat né de la manoeuvre maladroite d'un politicard qui... [Lire la suite]
10 janvier 2016

"Dans la Haute-Rue à Cologne /Elle allait et venait le soir"...

Je doute fort que beaucoup des jeunes gens pleins d'alcool et de sang qui se sont "amusés" dans cette ville aient lu "Marizibill" le poème d'Apollinaire qui évoque une prostituée  qui "se mettait sur la paille pour un maquereau roux et rose " l'ayant tirée d'un bordel de Shangaï. Pourtant c'est bien de la même façon qu'ils ont considéré toutes les jeunes Allemandes qui fêtaient la nouvelle année entre gare et cathédrale : elles étaient "Offerte[s] à tous en tout mignonne[s]". Toutes ces Européennes à la tenue sexy, au regard... [Lire la suite]
Posté par Cotonet à 17:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
05 juin 2015

Savez-vous "tchiper" les profs à la mode, à la mode. A la mode de chez eux...

Jusqu'à ce matin j'ignorais tout du tchip découvert dans un article de "Slate" qui prétend que son interdiction dans un lycée de banlieue a été largement relayée par les médias (j'ai dû rater une émission sur Canal moins, la chaîne des djeunes).En réalité je ne connaissais pas le mot mais bien la chose que pratiquaient à l'occasion les lycéens sénégalais. Il s'agit donc, pour ceux qui n'ont pas de passé néo-colonial ou ne lisent pas les journaux d'une sorte de "clic bilabial" marquant la désapprobation et le mépris et constituant... [Lire la suite]
Posté par Cotonet à 07:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
17 avril 2015

La semaine de Cotonet : fin du latin, loi sur le renseignement, ump rebaptisée et drame en Méditerranée

Dans un film policier, probablement Le deuxième souffle, Lino Ventura pour fuir Paris en échappant au dispositif de recherche policière, prend un bus urbain, des bus de banlieues et enfin des cars où il se trouve assis à côté de fermières allant vendre leurs volailles au marché. De la même façon j'imagine que des terroristes qui voudront correspondre sauront échapper aux contrôles, loi du renseignement ou pas. Les moyens ne manquent pas: lettre écrite à la main (on fouille les disques durs comme les consciences) et envoyées... [Lire la suite]

12 février 2014

Votation suisse et "Diagonale du vide"

Que n'ont pas entendu les malheureux Suisses après leur calamiteux vote de dimanche ! Qu'ils étaient antieuropéens et que d'ailleurs l'Union, comme un vulgaire Poutine, allait leur couper l'accès à son marché, qu'ainsi leur économie s'effondrerait et qu'ils n'auraient plus un taux de chômage insolent. Qu'ils sombraient dans le populisme le plus abject, celui de bouseux et de prolos qui - circonstance aggravante - parlent allemand, qu'ils dérivaient, dérapaient, se repliaient (air connu) et n'étaient même pas foutus de faire... [Lire la suite]
Posté par Cotonet à 09:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
05 novembre 2013

La triste et véridique histoire d'un collège de banlieue

  Oyez, bonnes gens, la triste histoire,rapportée par le "Monde", d'un collège de banlieue comme il en existe des centaines, c'est dans cette banlieue du nord de Paris où se sont installés studios et boîtes de com' drainant avec eux "artistes" et publicitaires. Ceux-ci ont fini par s'installer sur place, chassés par le coût des loyers au centre de Paris. En bons bobos ils n'avaient même pas peur de la mixité sociale, ouverts qu'ils sont aux métissage et à la diversité culturelle, à condition quand-même d'habiter la rue... [Lire la suite]
Posté par Cotonet à 15:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
19 octobre 2013

Affaire Leonarda : la pieuvre trotskiste

Comment une banale expulsion d'étrangers sans papiers a-t-elle pu prendre une telle dimension au point que la jeune victime a déclaré :"Je suis devenue une star" ? C'est d'autant plus étonnant que la loi n'a pas été violée, que tous les recours ont été utilisés (et apparemment ils sont assez nombreux) et que la police n'a perpétré aucun excès de pouvoir ni brutalité à l'égard de Leonarda qui n'a pas été arrachée de son siège devant ses camarades en pleurs. A l'origine de ce qu'il faut bien appeler une manipulation de l'opinion,... [Lire la suite]
29 septembre 2013

Des galopins aux Roms

A la campagne, dans mon enfance, on les appelait galopins (au sens de celui qui ne tient pas en place) avec ce léger mépris du sédentaire pour le nomade. Le mot correct (et devenu obsolète) "bohémien" paraissait un peu affecté. Chaque famille vivait encore dans une roulotte et elles étaient rarement plus d'une demi-douzaine à voyager ensemble. Ils s'arrêtaient au coin d'un bois et y campaient pendant deux ou trois jours. Les femmes allaient vendre leurs paniers dans les fermes alentour et les hommes rétamaient les... [Lire la suite]
Posté par Cotonet à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,