03 novembre 2012

Du bon usage de la critique littéraire

D'où vient que, lorsque la critique quasi unanime déverse des tombereaux d'éloges sur un "roman de rentrée", on est tout prêt à emboiter le pas de celui ou celle qui n'est pas dans la note allant parfois jusqu'à démolir le chef-d'oeuvre prétendu ? Cette année c'est La vérité sur l'affaire Harry Quebert, l'an dernier c'était L'art français de la guerre. Une notule de Raphaëlle Leyris dans le dernier "Monde des livres"où elle semble ramener à de justes proportions le roman de Joël Dicker m'a ainsi quasiment dissuadé de lire ce livre... [Lire la suite]