Tout le monde s'en fout mais ça me soulage de le dire :

    Parce que Téléramuche a "aimé passionnément"

    Parce que je ne sais quel autre critique, pour ne pas être en reste, a proclamé qu'un film de Kervern     et Délépine était toujours un évènement. Ah bon? tous ont glissé sur moi comme eau sur plumes de     canard.

   Parce qu'on voit à l'écran Vincent Lacoste aussi souvent que Louis Garrel naguère, et que ça commence à m'agacer.

  Parce que pèse toujours sur les deux réalisateurs la marque infâmante de "Groland", cet immondice   comique d'une chaîne poubelle.

  Parce que Kervern fait à l'évidence partie des gens qui "viennent comme ils sont", apparaissant   récemment sur scène dans un festival de cinéma francophone (avec masques et gestes barrière,     soyez rassurés, on n'est pas chez les chouans à Angoulême) vêtu d'un jean et d'un T shirt, chaussé     de "Nikes". On reconnaît l'anarchiste à sa vêture...

Parce que je suis persuadé qu'un film sur le thème "les gilets jaunes contre les GAFA" entretient des illusions : le combat est perdu d'avance.C'est un peu comme les films de Michael Moore traquant les vilains Américains : on riait, puis on les oubliait et rien n'a changé.

 Même si les acteurs sont bons (j'en juge par la seule bande-annonce vue au moins 10 fois) :   Podalydès a du métier, Corinne Masiero de l'abattage (le garde un souvenir très vif de Louise Wimmer) et Blanche Gardin de l'avenir dans le cinéma.

Que voulez-vous, je ne supporte pas les anars en peau de lapin et le matraquage publicitaire, alors je m'énerve et je suis injuste...Ecoutez plutôt les critiques de "Paris match" ou des "Inrocks", et si le film ne vous plaît pas, dites vous que vous avez contribué à sauver le cinéma français en grand danger actuellement.