28 novembre 2017

Vive "l'infâme Malthus" !

Dans son Dictionnaire des idées reçues, à l'article Malthus, Flaubert, célibataire endurci et assez mélancolique pour ne pas désirer de progéniture, se contente de noter cette scie des honnêtes gens de son temps : "l'infâme Malthus". Visiblement le discrédit dans lequel est tombé le génial pasteur perdure à notre époque moderne, fille du progrès. A peine 15 000 scientifiques eurent-ils signé une pétition en faveur d'un contrôle démographique mondial pour diminuer le réchauffement climatique que les antimalthusiens de choc sont montés... [Lire la suite]

20 novembre 2017

Weinstein, Buzyn : sale temps pour le cinéma

Jusqu'à maintenant le cinéma français avait été peu touché par l'affaire Weinstein. Certes il y avait eu la reculade de la Cinémathèque qui a annulé sous la pression des féministes le festival J-C Brisseau (voir blog précédent) mais on comptait plutôt les points chez les Américains. Là-bas les dénonciations se multipliaient dans le pire style maccarthyste et quelques acteurs illustres et blanchis sous le harnais s'ajoutaient à la liste des porcs immondes, ne perdant pour l'instant que leur honneur. Ce qui n'est pas le cas du... [Lire la suite]
Posté par Cotonet à 09:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
13 novembre 2017

La Cinémathèque capitule en rase campagne

La bataille avait pourtant commencé sous les meilleurs auspices. Alors que la forteresse de Gehry était assaillie par un commando de femmes énervées qui voulaient interdire de parole le cinéaste Polanski et faire annuler l'hommage qui lui était rendu, pendant que les forces de l'ordre contenaient ces militantes ivres de vengeance, la direction de la Cinémathèque publiait un communiqué qui retentit comme un coup de trompette et le cinéaste put s'exprimer devant une salle pleine, toute à sa dévotion : "Fidèle à ses valeurs et à sa... [Lire la suite]
07 novembre 2017

Prix littéraires : les romans gris

Après la rentrée de septembre qui voit voit des centaines de romans, dont une bonne moitié est condamnée au pilon, s'abattre sur les librairies comme la vérole sur le bas clergé breton, l'évènement  le plus pénible de l'année littéraire est celui des prix en novembre. On les critique, voire on les condamne, on s'en daube, mais ils tiennent bon dans leur rôle de pourvoyeurs en livres-cadeaux. Comme bien vous pensez, je ne me précipite pas dessus sauf cas exceptionnels comme Houellebecq ou Jonathan Littell il y a quelques années,... [Lire la suite]
Posté par Cotonet à 18:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,