Difficile de savoir exactement quelles étaient les motivations du tueur de la Prom' (mon dieu, que Nice est devenue vulgaire !). Beaucoup ont été un peu rapides dans leur analyse, y compris Hollande qu'on a connu plus prudent. De prime abord il s'agit d'un homme violent qui battait sa femme, buvait sa paie et courait la gueuse, voire le gueux. Un psychiatre l'avait même soigné il y a des années dans sa Tunisie natale, sans grand résultat apparemment. Pour brocher sur le tout il venait de divorcer et l'acceptait mal. Un peu mince, direz-vous, pour massacrer 84 personnes et vous pensez alors à une motivation politico-religieuse mais il n'a guère le profil d'un islamiste. On a même l'impression que les enquêteurs se battent les flancs pour trouver la trace d'une allégeance à Daesh qui en arrangerait beaucoup. Le camion blanc n'arborait pas le drapeau noir et il n'a pas entonné le tube de ces dernières années : "Allah akbar". Alors un malade qui décompense de façon brutale ? Pas si simple puisqu'il avait préparé son coup en louant le camion et en achetant une arme (profitons-en pour poser une question qui fâche : un Albanais qui vend clandestinement des armes à des voyous ou à des assassins a-t-il sa place en France ?). Est-ce alors une taupe islamiste qui aurait réussi à dissimuler parfaitement son appartenance ? Difficile. On parle aussi de "radicalisation récente et rapide". Peu probable même si le terrain est préparé. On imagine les flyers dans les boites à lettres : "avec le grand marabout Mamadou, guérison de l'impuissance et radicalisation en moins d'une semaine"...Je croirais plutôt à un fou qui vit dans un état de rage permanent contre la société qui l'a humilié mais qui garde assez de lucidité pour préparer son coup (un peu le profil du tueur d'Orlando dont il semble partager la bisexualité. Aux Etats-unis il aurait arrosé la foule à l'arme automatique). Tout cela n'exonère pas Daesh qui avait conseillé au "croyant" cet instrument de meurtre. Si lui-même n'a pas pensé à la symbolique politique du 14 juillet l'organisation, qui veut "punir" la France l'a bien vue. Elle a imprégné de sa propagande haineuse le cerveau faible du meurtrier un peu comme les éditoriaux enflammés de "L'Action française" ont poussé Raoul Villain à assassiner Jaurès. Vu le nombre d'esprits faibles et aigris qui se sentent rejetés, voire persécutés, par la France, nous avons du souci à nous faire et on voit mal comment arrêter leur propagande sur Internet ou faire taire les imams recruteurs au discours bien rôdé. Si nous sommes en guerre, l'ennemi est dans la place. Au bout de combien de massacres la guerre civile que certains feignent de craindre (elle permettra de démasquer les "fascistes" qui nourrissent leur paranoïa) éclatera-t-elle ? En tout cas il est heureux que les flics - qui n'avaient pas le choix - aient descendu le tueur. L'eût-on interné en HP ou incarcéré, je vois déjà les titres de la presse de caniveau : "Le tueur de Nice a une salle de sport pour lui tout seul", "L'assassin de la Prom' peut choisir ses menus et exige de manger halal", "On vient lui donner des cours de salsa en prison". Au moins cela nous aura été épargné.