Depuis le temps je devrais être habitué à la tartufferie du "Monde", mais il arrive encore à me surprendre. Dans une présentation de l'article leader "Paroles de jeunes filles voilées" la rédactrice en chef affirme n'avoir pas de position tranchée sur le voile, son parti est juste d'écouter. La dame nous prend vraiment pour des caves. Elle commence par caricaturer ses adversaires qui ne représenteraient les femmes voilées que vêtues d'un sac à patates noir ne laissant passer que leurs yeux, ces adversaires qui ont une peur et une haine irraisonnées de l'Islam. Vous les avez reconnus, d'immondes fachos. Malheureusement des gens plus fréquentables dans des partis honorables se déchirent sur cette question : les uns sont pour une laïcité stricte (elle n'ose dire des laïcards), les autres autres sont pour le multiculturalisme et contre toute phobie. En quelque sorte soutenir le voile vous donne un brevet d'antiracisme, c'est toujours bon à prendre. Je vous laisse à penser quel est son choix. Les féministes, premières intéressées, sont aussi partagées : du voile ou de la mini-jupe, qu'est-ce qui aliène le plus la femme ? Quelque chose me dit que madame Lannelongue a passé l'âge de la mini-jupe. D'ailleurs le voile et la tenue "islamique" en général font marcher les affaires dans les enseignes bon marché et les magasins de luxe, pour les jeunes filles de banlieue et pour les femmes du Golfe. Allons-nous nous laisser dépasser par la concurrence de certains pays que la laïcité n'entrave pas ? En tout cas ce ne sera pas à cause du "Monde"

La dame a donc envoyé une journaliste sur le terrain, très précisément le Forum de Halles, rendez-vous favori de la jeunesse de banlieue. Celle-ci a interrogé des porteuses de voile (les autres on les laisse à la presse réac). Leur premier argument a été de dire qu'elles étaient "comme les autres". La photo de couverture du magazine en témoigne : sur fond de forum rénové avec sa toiture jaunasse qui fuit on a photographié une jeune fille qui a tout de la pétasse, blouson de cuir noir, lunettes de marque tenues par un cordon doré sur le sommet du crâne, mais aussi un seyant petit voile noué en turban cachant cette chevelure que le Croyant ne saurait voir. Comme les autres elle et ses copines passent leur temps à bouffer des nuggets halal, faire les boutiques de fringues (et acheter), vont au cinéma voir des blockbusters et dans leur lointaine banlieue jouent au foot entre filles à l'ébahissement des garçons. Pathétique jeunesse décervelée ! C'est entre filles qu'elles sortent, vont à la piscine, évitant les garçons jusqu'à leur mariage. Je suppose qu'elles trouvent leur plaisir autrement, mais ne m'étonne guère que les nuit de noces soient souvent traumatisante avec le premier contact et un drap ensanglanté. Ont-elles choisi elles-mêmes, la plupart le jurent croix de bois croix de fer (oups !). C'est sûrement vrai parfois mais comme disait Laurence Rossignol à propos des nègres... Quant au "Monde" qu'il cesse de pateliner et de se prétendre objectif, son article montre le contraire.