24 février 2016

Umberto Eco : disparition du dernier des Trois

 Les Trois quoi ? On voit bien que vous n'êtes pas cruciverbistes : les trois écrivains faciles à caser entre deux cases noires puisque leur nom ne comporte que trois lettres. Il s'agit de "plume de la Botte" à l'instant évoqué, de "plume américaine" (ce peut être Poe mais le plus souvent c'est Anaïs Nin) et - j'ai oublié sa définition habituelle, mettons "a ôté son voile à Paris" - Eugène Sue. Un seul leur fait encore la nique avec ses 2 lettres, le romancier japonais Kenzaburô Oé, mais ses jours sont comptés... J'ai lu comme... [Lire la suite]

12 février 2016

Le retour de la gauche plurielle : un gouvernement cassoulet-kimchi

Quand nous serons bien vieux nous dirons à nos petits-neveux : "Ce qu'on a pu rigoler du temps du président Hollande". Regardez le dernier remaniement et dites-moi si vous ne vous gondolez pas. On aurait pu attendre dans un pays en crise, menacé par tous les diables islamiques de la création, déchiré entre les communautés et les intérêts particuliers, un " gouvernement resserré et de combat", bernique ! au lieu de 32 ministres nous en aurons 38, mais, Dieu merci, la parité est scrupuleusement respectée. Enfin, en apparence, si on... [Lire la suite]
Posté par Cotonet à 12:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
07 février 2016

Cotonet a le blues

Je ne parlerai : NI des nénuphars qui ont perdu leur noble ph pour un banal f ( faudra-t-il aussi écrire ninféas ? ), ni les accents circonflexes envolés tels des hirondelles en automne pour des cieux plus cléments, et tant pis si on ne distingue plus les 3èmes personnes du présent du passé simple de celles du subjonctif imparfait, de toute façon plus personne ne les emploie. NI de la déchéance de nationalité et de ce qui l'accompagne. Plus d'un mois qu'on nous bassine avec ce débat né de la manoeuvre maladroite d'un politicard qui... [Lire la suite]