La voici de retour cette vieille marionnette dépenaillée que la Gauche brandit d'un air menaçant sitôt qu'elle va perdre un siège ou le pouvoir. Elle rejoue sa petite musique "Tous unis contre le fascisme" avec accompagnement de castagnettes (No pasaràn) et d'accordéon (le Front popu contre les ligues). Et que je te convoque la Résistance et que je suscite les spectres dépenaillés de l'OAS. Elle saute sur sa chaise comme un cabri en criant "front national", "front national" comme pour effrayer les petits nenfants. Et n'est-ce pas ainsi qu'elle considère les malheureux électeurs du Doubs qui se sont égarés en votant à droite et qui sont maintenant sommés au nom des valeurs les plus hautes de se rallier au PS ? C'est oublier que s'il est un peu lourd, le Comtois ne manque pas de bon sens : s'il n'a choisi ni les socialistes ni les lepénistes au premier tour il ne voit pas pourquoi il se dédirait au second, les deux partis n'ayant pas changé leur politique dans l'intervalle, donc abstention ou vote blanc. Il serait absurde et presque immoral de faire autrement. Il se trouve que c'est aussi le choix qu'a fait l'UMP malgré la pitoyable manoeuvre de Sarkozy. Justement cette mise en demeure des électeurs passe par le parti qui les représente et sur qui on compte pour faire pression sur eux. On essaie donc de lui faire honte : si vous ne vous ralliez pas, c'est que vous êtes pour l'Autre, le pelé, le galeux, le facho, le tortionnaire d'Arabes, l'antisémite, le xénophobe. On ressort les vieux slogans "F comme fasciste, N comme nazi", "Fhaine". On brandit un "pacte républicain" dont la teneur est très vague, on invoque la République avec de tels trémolos dans la voix qu'ils vous donneraient envie de pendre la Gueuse...Foutaises et mauvaise foi. Mettons que le dit pacte garantisse le suffrage universel, des élections libres et régulières, la libre expression des opinions, la démocratie. Rien dans le programme du FN ne s'oppose à cela. Ce parti refuserait les valeurs de la République telles qu'exprimées par notre devise ? Voire. il ne s'est jamais réclamé d'une dictature comme les communistes qui n'ont pas été mis au ban de la nation. J'admets qu'il contrevient à l'égalité dans son désir de privilégier les nationaux par rapport aux étrangers, mais qui osera parler à propos de la nôtre d'une société égalitaire quand le premier ministre lui-même évoque l'apartheid et les quartiers perdus de la République ? Trêve de tartufferie ! Quant à la fraternité, laissez-moi rigoler ! Les derniers croyants d'extrême-gauche partisans de la lutte des classes en ont une drôle d'idée et de même ceux qui excluent comme des pestiférés un cinquième de nos concitoyens considérés comme des beaufs fascistes. Du reste dans une société de plus en plus individualiste cette vertu va bientôt être remisée avec d'autres vieilleries comme le patriotisme ou la vertu militaire. Le pire est que tous ces mensonges, toutes ces postures n'ont aucune utilité : le FN n'arrivera jamais au pouvoir et c'est tant mieux. S'il gagne cette élection, il aura 3 députés au lieu de 2. La belle affaire ! Si Marine Le Pen est en tête au premier tour en 2017, elle sera battue au second, et tout à l'avenant. Alors fichez-nous la paix avec le Front républicain pour siphonner des voix, nous ne sommes pas dupes.