30 avril 2014

30 avril 1975 : chute de Saïgon. Souvenirs, souvenirs

39 ans que la ville est tombée, ça ne nous rajeunit pas. Tombée, oui. En face ils parlaient de libération, mais enfin j'étais dedans, l'impression n'est pas la même. Après la folle journée de la veille, la ville s'est réveillée dans un silence lourd : on savait qu'ils allaient arriver. Et les premiers chars ont descendu l'avenue menant au palais présidentiel avec leurs tankistes coiffés de casques russes. Les gens, qui avaient peur, sont arrivés peu à peu et les ont regardés en silence, pas tout à fait rassurés mais curieux. Il paraît... [Lire la suite]
Posté par Cotonet à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 avril 2014

Les seins de Ségolène et les pompes d'Aquilino

La profondeur des décolletés du personnel d'un ministère (personnel féminin seulement, le dépoitraillé à la BHL semble permis aux mâles) peut sembler pure bagatelle bien qu'il ait fait les choux gras de la presse en ligne cette semaine. Ce n'en est peut-être pas une. Passons sur les affirmations, démentis, déclarations en off et autres caméras cachées, peu importe en définitive qu'il y ait eu ou non une circulaire sur ce grave sujet, l'essentiel était de se livrer de nouveau au Ségolène bashing. Il est probable que le... [Lire la suite]
Posté par Cotonet à 07:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
23 avril 2014

"Dans la cour" ou du cinéma de papa avec idole d'époque

Je vais me livrer à un de mes exercices favoris : la critique d'un film que je n'ai pas vu. Là j'exagère, j'ai subi deux fois la bande-annonce, c'était une de trop. Il est arrivé à Pierre Salvadori de faire des films anodins mais non dénués de charme (ça doit remonter aux années Mitterrand), il semble cette fois avoir raté son coup : son immeuble parisien et son petit monde (petit, petit...) sentent le moisi et jouer sur la folie douce des personnages est délicat, quand ça ne prend pas ça tombe complètement à plat. En tout cas c'est... [Lire la suite]
Posté par Cotonet à 15:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
19 avril 2014

Eloge des collèges religieux

Lis en ce moment L'inquiète adolescence de Louis Chadourne, sorte de roman d'apprentissage paru en 1920 qui décrit les affres d'un adolescent pris entre son désir d'absolu, sa foi et sa sexualité. Bon, tout cela est un peu démodé et on ne lit plus guère cet écrivain ni son frère Marc, mais peu importe. Si son style trop bien léché peut parfois agacer, il éveille en moi la nostalgie d'un lieu et d'une époque que je n'ai pas connus, c'est dire si ma fascination est grande...L'histoire se passe dans un collège religieux au début du... [Lire la suite]
Posté par Cotonet à 07:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 avril 2014

Ete 14 : les derniers jours de l'ancien monde (exposition à la BFM)

Excellente expo qui, comme son titre l'indique, nous fait grâce des marronniers sur la guerre 14 : les tranchées, l'enfer de Verdun, les mutinés de 17 ou l' offensives de Nivelle. Elle porte sur ce mois, entre l'assassinat de François-Ferdinand à Sarajevo et les déclarations de guerre, où tout était en suspens, où presque tous les souverains et chefs de gouvernement ont essayé de négocier jusqu'au bout pour sauver la paix, entretenant l'espoir dans les populations. Cette guerre est replacée dans son contexte avec de nombreux... [Lire la suite]
Posté par Cotonet à 16:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 avril 2014

La littérature populiste nourrit-elle son homme ? : Eddy Bellegueule, Cavanna et Régine Deforges

Ainsi Eddy Bellegueule, alias Edouard Louis, obtient la direction d'une collection aux prestigieuses PUF. J'en suis un peu soufflé et les pensées les moins charitables et les plus inavouables m'assaillent. Succès d'un jeunot en littérature, passe encore, on a eu Radiguet, pour ne pas parler de Minou Drouet. Mais à 21 ans, dans la sphère editorialo-universitaire où les places sont chères et se remportent après des années de brigue, on peut légitimement s'interroger sur les faveurs dont il a bénéficié, même si cette collection ne... [Lire la suite]