Comment une banale expulsion d'étrangers sans papiers a-t-elle pu prendre une telle dimension au point que la jeune victime a déclaré :"Je suis devenue une star" ? C'est d'autant plus étonnant que la loi n'a pas été violée, que tous les recours ont été utilisés (et apparemment ils sont assez nombreux) et que la police n'a perpétré aucun excès de pouvoir ni brutalité à l'égard de Leonarda qui n'a pas été arrachée de son siège devant ses camarades en pleurs. A l'origine de ce qu'il faut bien appeler une manipulation de l'opinion, des militants de RESF dont certains de ses professeurs. RESF est cette association formée de chrétiennes de gauche à la vocation maternelle, de vieux gauchistes en déshérence, de syndicalistes radicaux, qui s'oppose systématiquement à l'expulsion de quelque élève que ce soit, fût-il mineur, au nom du droit à l'Education, comme s'il n'y avait pas d'écoles en dehors de l'Europe, comme si un adolescent pouvait survivre complètement isolé et sans ressources alors que les siens auront été renvoyés chez eux. Voulant faire connaître leur position ces militants franc-comtois ont envoyé un communiqué à Mediapart. C'était frapper à la bonne porte. Le moustachu lugubre y a vu une occasion de pratiquer son sport favori de trotskiste impénitent : taper sur les sociaux-traîtres du PS comme il l'a fait naguère en montant "l'affaire Cahuzac". Peu après il était relayé par David Assouline qui appartenait à la même chapelle puis par Mélenchon ex-membre d'une obédience concurrente de la même église. La machine était en route donnant lieu aux débordements que l'on sait, la palme revenant à la sénatrice verte Esther Benassa qui a fait référence aux rafles d'enfants juifs sous l'Occupation, manifestant ainsi une fois de plus son sens de la mesure et sa finesse. Tous évidemment ne sont pas mûs par la haine du PS, notamment Assouline trotskiste arrivé et porte-parole du parti. Très vite s'est dévoilée une manoeuvre interne ayant pour but de se débarrasser de Valls qui représente aux yeux de certains de ses camarades la droite du parti, son aile laïque et jacobine bien loin de leur multiculturalisme délirant. Il n'a jusqu'à maintenant reçu le soutien de personne sauf Ségolène et le député de Paris J-M Leguen. Les choses peuvent changer rapidement quand le rapport sur l'affaire sera connu et que l'exécutif jusque là très prudent lui apportera son soutien. En attendant on a constaté une fois de plus le pouvoir de nuisance de ces réseaux d'anciens "camarades" qui, bien qu'ils aient renié leur passé de militants purs et durs pour faire carrière, se prêtent la main pour monter des "coups" afin d'éliminer leurs adversaires ou faire trembler un pouvoir qu'ils auraient rêvé d'exercer pleinement.