En cette fin d'année nous avons droit, comme d'habitude, au classement des "personnalités préférées des Français". Suivant quels critères et établi par qui, mystère ! En tout cas c'est un classement édifiant dans tous les sens du terme. En tête on trouve trois vedettes, comment dire ? d'origine étrangère. Attention je ne leur dénie pas une citoyenneté qu'ils ont probablement, je parle d'origine. Aïe, voilà un mot malheureux et aux bien fâcheuses connotations. Libres citoyens égaux et unis dans le culte des valeurs de la République, nous n'avons évidemment pas d'origine mais un futur radieux. Le mot "étranger" aussi  a été peu à peu banni de notre vocabulaire, maintenant on ne travaille plus à l'étranger, on a un taf à l'international, on est dans l'ouverture et l'échange, pas dans la peur de l'autre. Précisons quand-même : un Sénégalais, un Marocain et un Camerounais (ou Suisse, on ne sait pas trop). On va m'opposer immédiatement Marie Curie, Picasso, Beckett, que sais-je encore ? Bien évidemment je suis reconnaissant à tous ces gens venus d'ailleurs pour ce qu'ils ont apporté à mon pays, mais ces trois premiers ! Est-ce que les Français saisis d'un beau zèle antiraciste, effrayés à l'idée de passer pour d'affreux xénophobes fermés aux grandes idées de fraternité et à la foi antiraciste, ont voulu en rajouter et promouvoir diversité et métissage qui doivent être nos fins dernières? Cela va-t-il jusqu'à la haine de soi dans laquelle il est si facile de glisser quand vous êtes un simple et que vous y poussent les grands prescripteurs de la télé qui se gaussent du franchouillard, un Deschien qui vote Le Pen. Est-ce, de façon plus vicieuse, de l'enfumage : Je ne suis pas raciste, voyez mon hit parade. Je ne peux pas souffrir ces immigrés, voyez mes ghettos ? Non, pas assez malins pour ça les Gaulois. Juste la schizophrénie habituelle : des propos publics dans la norme, un comportement et des propos privés tout autres. Mais après tout l'essentiel n'est pas là. qui sont les idoles des Français ? Un djeune de banlieue (notre réservoir d'énergie, notre horizon indépassable), ayant fait ses classes dans le sillage de Jamel Debbouze (c'est tout dire) et participé à des émissions "comiques" sur Canal-moins avant de triompher dans un film niaiseux et putassier. Un autre "comique" acteur aussi dans des films tellement oubliables que je ne saurais en citer un seul, et qui d'ailleurs doit probablement sa place à son grenouillage dans le charity business. Enfin, last but not least, le grand sportif entré dans la légende (ses exploits se perdent dans la nuit des temps) qui avait mis son magot à gauche avant Depardieu et  menacé de s'exiler quand était arrivé au pouvoir un président qui lui déplaisait. Deux guignols et un turlupin qui pose au professeur de morale. Ah, il est beau le choix des Français ! Tiens je sens que je vais moi aussi demander la nationalité belge !